Beauty is never seen, but every object is its footprint; love is never felt, but every feeling is its face; understanding is never known, but every thought shines with its light.

L'Entité Séparée


Si nous pensons et ressentons que nous sommes une entité séparée, et prétendons parallèlement que tout est une expression de la Conscience, et donc qu’il n’y a rien à faire, nous nous trompons nous-même.

Ces deux positions (croire et ressentir que nous sommes une entité séparée, et déclarer que nous savons par l’expérience directe que nous sommes la Conscience illimitée et impersonnelle) s’excluent mutuellement. Une telle position pourrait avoir comme équivalent: dire que l’on est assis dans la fraîcheur de l’ombre et en même temps, jouir de la chaleur des rayons du soleil sur le corps.

Alors qu’au niveau de l’Absolu, je reconnais que même l’ignorance est une expression de la Conscience, et donc n’est pas réellement ignorance, au niveau relatif, je reconnais provisoirement l’entité apparente, qui semble voiler la Présence.

Cette entité apparente est synonyme de recherche. Il n’est pas possible de se considérer comme une entité séparée et ne pas être à la recherche du bonheur. L’entité séparée n’est pas quelque chose que l’on est, c’est quelque chose que l’on fait.

Question : En dehors de l’investigation, le chercheur peut-il faire quelque chose ?

Oui, il ou elle peut rechercher le bonheur. C’est facile puisque c’est déjà ce que tout le monde fait. La plupart d’entre nous le recherche dans des contextes conventionnels, du corps, du mental, et du travail, jusqu’à être si déçus que nous nous ouvrons à la possibilité que le bonheur réside ailleurs que dans ces objets et expériences.

A ce point, notre recherche peut spontanément se “retourner”, et nous pouvons nous interroger sur qui est celui qui est si malheureux et toujours à la recherche du bonheur.
Nous nous mettons à chercher celui autour de qui tournent nos vies et dont la recherche constante nous rend si malheureux. Plus nous cherchons et plus il devient évident que ce “je” apparent, cette entité séparée est non existente, c’est-à-dire qu’elle n’a pas d’existence autre que la pensée qui la fait vivre.

Toutefois, nous ne trouvons pas là une absence… nous trouvons une Présence, impersonnelle, intime et illimitée. De plus, nous trouvons que cette Présence est l’élément Connaissant et l’élément de l’Etre dans toute expérience. Nous trouvons qu’il n’existe rien d’autre que cette Présence. Elle est à la fois l’élément Connaissant (qui est, le témoin) et l’élément de l’Etre (c’est à-dire la substance ou réalité) de toute expérience.

Il devient alors clair, que même lorsque nous pensions qu’il existait un individu séparé, qui recherchait et s’interrogeait, en fait il n’y en avait pas. L’individu séparé est et a toujours été une illusion. Cette illusion est la forme même que la Présence prend, de sa propre liberté, de temps en temps.

Ayant maintenant expliqué tout cela, je peux simplement dire en réponse à votre question “si celui qui s’interroge arrivera au final à la réalisation de Soi ou illumination”: Non celui qui s’interroge est simplement une pensée. Une pensée n’arrive jamais ou ne fait jamais quoi que ce soit. Cette pensée d’une entité séparée se dissout, lorsqu’il est vu par l’expérience qu’elle n’a aucune substance, et ce dans quoi elle se dissout est la Présence elle-même.

C’était bien sûr la Présence pendant tout ce temps, qui s’était habillée en chercheur, cette pensée je suis un individu séparé, apparaissant ainsi se voiler elle-même, et lorsque la pensée se dissout, la Présence, pour ainsi dire, se reconnaît. Elle connaît son être propre tel qu’il est.

La dissolution de cette pensée révèle la Présence qui était toujours là, mais en apparence non reconnue. La Présence se révèle elle-même à elle-même. Cette expérience non objective est appelée bonheur ou paix.